Équipe du certificat

Des expertises différentes, des valeurs communes.

Équipe académique

Fabienne Cusson

Responsable de programme

Fabienne Cusson saura vous conseiller si vous avez des questions sur le contenu des cours, votre cheminement, le baccalauréat par cumul ou encore sur le milieu professionnel. Son rôle consiste également à encadrer les chargés de cours.

Courriel : cri-responsablefep.umontreal.ca
Téléphone : 514 343-6111, poste 2929
Télécopieur : 514 343-2447

Pierre St-Louis

Technicienne en gestion des dossiers étudiants

Pierre St-Louis vous soutient dans les processus d’admission, de changement de programme, d’inscription, de modification du choix de cours, d’annulation et d’abandon. Son travail est aussi de recevoir les demandes de reconnaissance de crédits et de diplomation.

Courriel : cri-tgdefep.umontreal.ca
Téléphone : 514 343-2006
Télécopieur : 514 343-2275

Stéphanie Lemaire

Technicienne en coordination du travail de bureau

Stéphanie Lemaire s’occupe des demandes d’examens différés en plus d’assister administrativement les responsables de programmes et les chargés de cours.

Courriel : cri-secrfep.umontreal.ca
Téléphone : 514 343-6111, poste 2923
Télécopieur : 514 343-2447

Pour tout renseignement d'ordre général, ou pour toute question qui n'est pas abordée ici, n'hésitez pas à joindre le service d’accueil et de renseignement de la Faculté :

Courriel : infofep.umontreal.ca
Téléphone : 514 343-6090
Télécopieur : 514 343-2430

Chargés de cours

Fabienne Cusson

Fabienne Cusson (M. Sc. Criminologie, B.Sc. Anthropologie et sociologie) est responsable de programme au certificat de criminologie de la Faculté de l’éducation permanente de l’Université de Montréal. Elle s’intéresse aux violences criminelles en général et aux homicides en particuliers, aux formes particulières de crimes, à la violence conjugale et à la recherche quantitative. Elle a aussi contribué au développement du certificat en victimologie et est actuellement responsable intérimaire du certificat de Gestion appliquée à la police et à la sécurité.

Nina Admo

Nina Admo (M.Sc. Criminologie) enseigne au département des Techniques auxiliaires de la justice du Collège de Maisonneuve depuis 2003. Elle est chercheuse régulière au Centre international de criminologie comparée de l'Université de Montréal et collaboratrice à l'Institut de recherche sur l'intégration professionnelle des immigrants (IRIPI) du Collège de Maisonneuve. Elle s’intéresse particulièrement à la médiation sociale et à la résolution de conflits. Elle a publié en 2012, aux Presses de l’Université de Montréal, un livre sur le sujet intitulé La résolution de conflits : guide d’implantation et de pratiques. En 2015, elle contribue à la publication d’une troisième édition du volume Criminologie générale chez Modulo. Elle a obtenu, en 2016, Prix d’excellence en enseignement de la Faculté de l’éducation permanente. 

Isabelle Beaudoin

Isabelle Beaudoin (Ph. D. Criminologie) travaille à l’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux. Elle s’intéresse particulièrement à la recherche évaluative et à l’évaluation des technologies et modes d’intervention. Elle travaille sur des problématiques comme la toxicomanie, les troubles mentaux et la délinquance, tant chez les adultes que chez les jeunes.

Philippe Bensimon

Docteur en criminologie depuis 1995, vient de prendre sa retraite du Service correctionnel du Canada après 27 ans dont quinze années passées dans cinq établissements pénitentiaires du Québec et douze en recherche opérationnelle à Ottawa. Auteur d’une quarantaine d’articles et de sept livres, il enseigne aux universités d’Ottawa depuis 1997 et de Montréal depuis 1999. Ses principaux champs d’expertise sont la criminologie clinique, les homicides et armes à feu, le milieu carcéral (formation du personnel de première ligne), l’impact de la pornographie sur le comportement et la fraude dans le domaine des arts. Il a obtenu, en 2017, le Prix d’excellence en enseignement de la Faculté de l’éducation permanente.

Line Bernier

Line Bernier (M. Sc. Psychologie) est retraitée du Service correctionnel du Canada et pratique maintenant à titre de superviseure et consultante en développement professionnel. Ses principaux centres d’intérêt sont les auteurs d’agression sexuelle, le passage à l’acte criminel et la justice réparatrice. Elle a obtenu, en 2013, le Prix d’excellence en enseignement de la Faculté de l’éducation permanente ainsi que le Prix d'excellence de l’Université de Montréal – Catégorie Chargés de cours.

Jacques Bigras

Jacques Bigras (D. Ps. Psychologie) a occupé un poste de psychologue sénior au Service correctionnel du Canada. Il a agi en tant que gestionnaire de programmes de traitement en matière correctionnelle. Il est aussi coordonnateur pédagogique pour le programme de doctorat à l’Université de Sherbrooke pour des psychologues en exercice depuis 2007. Il s’intéresse tout particulièrement à la personnalité criminelle, à la délinquance sexuelle, aux violences criminelles, à l’évaluation clinique et à la prédiction du risque.

Brigitte Blanchard

Brigitte Blanchard (M. Sc. Criminologue) travaille au Service correctionnel du Canada et a été consultante pour le Ministère de la Sécurité publique. Elle a publié des articles sur la question des mères incarcérées et leurs enfants et l’intervention criminologique. Ses principaux centres d’intérêts sont l’évaluation et les interventions cliniques, le développement de programmes correctionnels, les toxicomanies et les femmes auteures d’actes criminels.

Tony Brien

Tony Brien (M. Sc. Criminologie) est cadre au Service de police de la Ville de Sherbrooke. Ses principaux centres d'intérêt sont la délinquance sexuelle, les techniques d’entrevues, les stratégies d’interrogatoire, la géocriminologie, l’enquête policière et le renseignement criminel. Il a obtenu, pour l’année 2011-2012, le Prix d’excellence en enseignement pour les chargés de cours de la Faculté des arts et des sciences de l’Université de Montréal. Depuis 2015, il est également Syndic en titre de l’Ordre professionnel des criminologues du Québec (OPCQ). Il a obtenu, en 2017, le Prix d'excellence de l’Université de Montréal – Catégorie Chargés de cours.

Sébastien Brouillette-Alarie

Sébastien Brouillette-Alarie (M.Sc. Criminologie) est candidat au doctorat et chargé de cours à l'École de criminologie de l'Université de Montréal. Il est affilié à l'Institut Philippe-Pinel de Montréal et au Centre International de Criminologie Comparée. Il a publié des articles scientifiques au sujet de la structure latente des outils actuariels pour délinquants sexuels, de la validité prédictive de la phallométrie et des processus de passage à l’acte des hébéphiles. Il a également contribué à des travaux sur la psychopathie chez la femme et le sadisme sexuel. Ses intérêts de recherche actuels, de même que sa thèse de doctorat, portent sur l’étiologie de la récidive des délinquants sexuels.

Amélie Couvrette

Amélie Couvrette est professeure au département de psychoéducation et de psychologie de l’Université du Québec en Outaouais. Elle est aussi chercheuse régulière au Centre International de criminologie comparée (CICC). Ses travaux de recherche portent principalement sur les mères et les femmes marginalisées. Celles-ci peuvent l’être en raison de problèmes de toxicomanie, de comportements criminels, de problèmes de santé mentale, de parcours de vie marqués par la prostitution ou encore, par le passage en centre de réadaptation ou en centre de détention.

Katie Cyr

Katie Cyr (Ph.D. Criminologie) a complété son stage post-doctoral en service social. Elle a réalisé des recherches sur l’expérience des victimes d’actes criminels dans le système de justice pénale, dans le cadre des programmes de justice réparatrice et sur l’empowerment des victimes. Ses travaux actuels portent sur la victimisation des enfants et des jeunes, sur les liens entre la victimisation et la délinquance ainsi que sur la victimisation multiple. Elle a plus de 10 ans d’expérience en recherche victimologique et en intervention dans le cadre de la Loi sur la protection de la jeunesse et est superviseure en centre jeunesse.

Julie Desmarais

Julie Desmarais (Ph.D. Psychologie) a obtenu son doctorat de l’Université de Sherbrooke en 2013, mais sa pratique de psychologue a débuté en 1996, après avoir complété une maîtrise en psychologie clinique de l’Université de Montréal. Après avoir œuvré durant 15 ans au Centre régional de santé mentale du Service correctionnel du Canada à titre de psychologue, de psychologue en chef, puis de directrice clinique, elle occupe depuis plus de deux ans des fonctions intérimaires de gestion. Depuis plusieurs années, elle est chargée de cours du domaine clinique à l’École de criminologie et à la Faculté de l’éducation permanente. Ses principaux centres d’intérêt sont la criminalité et les troubles mentaux, le travail interdisciplinaire et la planification du traitement.

Boniface Diarra

Boniface Diarra a fait ses études post-doctorales à l'Uqam (1993). Il est détenteur d’un brevet de magistrature (LL.B.; LL.M.) de l’École nationale d’administration du Mali. Il est également diplômé de l’École de criminologie de l’Université de Montréal (M.Sc. et Ph.D.) et de la Faculté de droit de l’Université Laval (LL.M.). Il est l’auteur du livre de référence : « Le droit des peuples dans le monde contemporain : Des Origines à l’ONU » publié par les éditions Le Vautour à Québec en 2004. En 2007, la conférence qu’il prononça sur les notions de « Gouvernance et environnement » a paru aux Éditions Le Grenier à Montréal. Comme sociocriminologue, ses champs d’études privilégiés, au-delà de la criminologie positiviste moniste et de la criminologie positiviste dichotomique, sont les macro-délits et la criminologie des personnes morales.

Frédéric Diaz

Frédéric Diaz (Ph. D. Sociologie, post-doctorat au CICC) est chercheur permanent au Groupe de recherche sur les espaces festifs (GREF) de l’Université du Québec à Montréal. Après 15 années en tant que conseiller scientifique en gestion des risques (sécurité et secours) dans le cadre d’espaces réunissant des grands concours de foule (stade, salle de spectacle, festival, mais aussi réflexion dans le cadre d'université, d'un port, ou de centre commercial), son activité est dorénavant tournée vers les infrastructures essentielles. Ses principaux centres d’intérêt sont orientés vers l'analyse pour penser la complexité et la modélisation des risques. Ses axes plus spécifiques interrogent la sociologie de la déviance, les pratiques de contrôle et de régulation sociale, les mécanismes d'anticipation et de prévention, ainsi que les modes de collaboration.

Louise Fines

Louise Fines (Ph.D. Criminologie) enseigne aussi à l'université d'Ottawa. À travers ses travaux (L'organisation des crimes en col blanc, une gestion meurtrière; Irresponsabilités récurrentes des élites; Entre sphères légales et réseaux illégaux), elle poursuit une réflexion sur les crimes en col blanc et tout particulièrement en lien avec les crimes commis contre l'environnement.

Claudine Gagnon

Claudine Gagnon (M.Sc. Criminologie) est professionnelle de recherche au Centre international de criminologie comparée et chargée de cours à l’École de criminologie de l’Université de Montréal. Elle s’intéresse tout particulièrement à la délinquance en réseau, à la criminalité économique et à l’évaluation de programmes.

Benoit Gauthier

Benoit Gauthier (M. Sc. Travail social) occupe le poste de responsable des programmes de médiation à l’organisme de justice alternative Trajet. Il est également responsable du développement de la médiation et formateur au sein de l'Association des Organismes de Justice Alternative du Québec (ASSOJAQ). De plus, il agit à titre de superviseur privé pour la formation pratique à l'École de travail social de l'UQÀM.

Nathalie Gauthier

Nathalie Gauthier (LL. L.) est avocate à la division criminelle de l’Aide juridique de Montréal et a été tuteur au Tribunal-école de la Faculté de droit de l’Université de Montréal. Elle s’intéresse tout particulièrement au droit criminel en général (principes de la détermination de la peine, négociation, etc.). Elle est conférencière au sujet du Programme de Traitement de la toxicomanie de la Cour du Québec.

Pierre Giard

Pierre Giard (LL. L., M.A.P) est avocat. Admis au Barreau du Québec en 1982, il a fait de la pratique privée en matière jeunesse et familiale et ce, jusqu’en 1990. De 1990 à 2015, il a pratiqué le droit au Service du contentieux du Centre jeunesse de Montréal – Institut universitaire. Depuis 2015, il est de retour à la pratique privée. C’est dans le cadre de cette pratique du droit depuis plus de 30 ans, qu’il a pu développer une expertise reliée à l’intervention judiciaire auprès des jeunes et de leur famille. Ses principaux centres d’intérêt sont la recherche et la formation en regard du système judiciaire, notamment quant au rôle des témoins et des victimes. Il a d’ailleurs publié en 2007, aux Éditions Quebecor, un livre intitulé : Le témoignage à la Cour : guide du témoin en matière de jeunesse et de famille. Il est un conférencier recherché sur ce sujet, notamment, par les intervenants médicaux et sociaux. Il est chargé de cours à la Faculté de l’éducation permanente depuis 2014.

Grégory Gomez del Prado

Grégory Gomez del Prado (Ph.D. Criminologie) est enquêteur à la Sûreté du Québec. Parallèlement à sa profession de policier, il est chargé de cours à l’Université de Montréal depuis 2006. Il s’intéresse tout particulièrement à la délinquance en réseaux (crime organisé et terrorisme), aux phénomènes de violence et à la structure et à l’organisation de l’activité policière (enquêtes criminelles).

Jean-Philippe Gravel

Jean-Philippe Gravel (M. Sc. Administration sociale, B. Sc. Criminologie) coordonne le département des techniques auxiliaires de la justice au Collège Ahuntsic. Il s’intéresse tout particulièrement à l’univers carcéral et à l’intégration sociocommunautaire des délinquants judiciarisés adultes, à la police, à la formation policière et à la recherche policière évaluative.

Luc Hébert

Luc Hébert est titulaire d’un doctorat (Ph.D.) en criminologie. Il a occupé jusqu’en septembre 2016 le poste de responsable de programmes à la Faculté de l’éducation permanente pour les certificats Gestion appliquée à la police et à la sécurité et Intervention auprès des jeunes : fondements et pratiques. Il a été policier à la Sureté du Québec (Direction du développement et de la formation et division de la protection des personnalités politiques). Il agit à titre de chargé de projet pour l’UQTR afin d’élaborer un référentiel de compétences qui servira de fondement à un programme de formation pluridisciplinaire ayant comme objet les personnes vulnérables et les problématiques d’exclusion sociale. Il a obtenu, en 2008 avec un collègue chargé de cours (Serge Barbeau), le Prix d’excellence en enseignement de l’Université de Montréal – Catégorie innovation technologique. Ses principaux centres d’intérêts sont l’analyse de phénomènes de criminalité, l’analyse de la criminalité de marché, l’analyse de réseaux de criminalité organisée, la résolution de problème de criminalité et de sécurité, la sociologie de la police et la protection des personnalités publiques.

Jonathan James

Jonathan James (M.Ps. Psychochologie) est candidat au doctorat et chargé de cours à l’École de criminologie de l’Université de Montréal. Il est étudiant-chercheur affilié au Département des Sciences du Comportement de la Gendarmerie Nationale Française (DSC) ainsi qu’au Centre Internationale de Criminologie Comparée (CICC). Ses intérêts de recherche portent sur l’étude de la délinquance sexuelle et de la délinquance violente. Plus spécifiquement, ses travaux portent sur l’étiologie biosociale des homicides sexuels, sur le profil psychopathologique des meurtriers sexuels ainsi que sur l’analyse de leur mode opératoire. Il réalise une étude internationale sur les meurtriers sexuels sériels et non-sériels.

Juliette Jarvis

Juliette Jarvis (M. Sc. Criminologie) travaille au Bureau de l’inspecteur général de la Ville de Montréal. Auparavant, elle a agi au niveau local et international au sein d’institutions de recherche et d’organisations non gouvernementales. Ses intérêts portent sur les thèmes de la prévention de la violence et de la criminalité, la prise en charge des victimes, les toxicomanies et la santé mentale, la criminalité économique, les organisations criminelles et l’analyse de réseaux sociaux, les mesures pénales et les prisons.

Sébastien Lachambre

Sébastien Lachambre (Ph.D. Criminologie) est détenteur d’une maîtrise et d’un doctorat en criminologie obtenus à l’Université d’Ottawa. Il s’est spécialisé dans la philosophie pénale et la réforme du droit criminel. Il est intervenant au Centre d’aide aux victimes d’actes criminels de l’Outaouais depuis 2011.

Cindy Lapointe

Cindy Lapointe (M.Sc. Criminologie, B.Sc. Psychologie) a œuvré tout d’abord en recherche (Étude auprès des jeunes de la rue et Étude longitudinale sur le désistement à l’activité criminelle), puis au sein des Services correctionnels du Canada en tant qu’agente de libération conditionnelle en milieu carcéral. Depuis 2003, elle a occupé successivement les postes d'intervenante psychosociale, de chef de service et de directrice de service du Centre d’aide aux victimes d’actes criminels (CAVAC) de Montréal. C’est dans le cadre de son travail au CAVAC qu’elle a pu développer une expertise reliée à l’intervention auprès des personnes victimes d’actes criminels, domaine qui demeure son champ d’intérêt principal.

Danièle Lapointe

Danièle Lapointe (M. Sc. Counseling, B. Sc. Ps.) est une psychologue clinicienne et superviseure clinique auprès des étudiants et des intervenants en relation d’aide. Elle est psychologue experte à la Chambre de la jeunesse de Québec. Elle est aussi directrice clinique et formatrice du centre Traumatys à Montréal. Candidate au doctorat en counseling, elle s’intéresse tout particulièrement à la victimologie clinique et à la recherche sur les abus sexuels, particulièrement l’inceste.

Jean-François Laporte

Jean-François Laporte (M.Sc. Criminologie) est criminologue à l’Institut Philippe-Pinel de Montréal (IPPM). Il y œuvre auprès d’une clientèle féminine de détenues fédérales composant avec différentes pathologies psychiatriques allant des troubles psychotiques aux troubles de la personnalité sévères et exhibant autant des comportements de violence hétéro-dirigée qu’autodirigée. Il dispense à l'IPPM les formations sur l'évaluation du risque de violence hétéro-dirigée selon le HCR-20V3. Il complète également, à titre contractuel, des évaluations spécialisées en délinquance sexuelle auprès d’hommes adultes détenus fédéraux. Il se spécialise principalement en délinquance sexuelle, en délinquance féminine et en évaluation du risque de violence hétéro-dirigée.

Nicholas Longpré

Nicholas Longpré (M. Sc. Criminologie) est candidat au doctorat et chargé de cours à l’École de criminologie de l’Université de Montréal. Il est étudiant-chercheur affilié à l’Institut Philippe-Pinel de Montréal (IPPM) ainsi qu’au Centre International de Criminologie Comparé (CICC). Ses intérêts de recherche portent sur l’étude de la délinquance sexuelle et des délinquants violents. Plus spécifiquement, ces travaux portent sur l’étude de la structure latente et de l’étiologie du sadisme sexuel, sur la mesure des distorsions cognitives chez les délinquants sexuels ainsi que sur l’échange et la consommation de pornographie juvénile.

Guillaume Louis

Guillaume Louis (M.Sc. Criminologie, LL. M.) est chargé de cours à la Faculté de l’éducation permanente pour le Certificat de criminologie, où il enseigne le cours Sociocriminologie, et pour le Certificat en gestion appliquée à la police et à la sécurité, où il participe à la formation des enquêteurs des corps policiers du Québec. Il s’intéresse tout particulièrement aux délinquances des élites, au crime organisé, aux technologies dans l’univers criminel et aux manifestations d’extrême violence chez les jeunes. Il a obtenu, en 2017, le Prix d'excellence de l’Université de Montréal – Catégorie Chargés de cours.

Nathalie Malouf

Nathalie Malouf (M.Ps.) est psychologue au Service correctionnel du Canada. Son parcours professionnel a couvert une clientèle diversifiée : les enfants d’âge scolaire en milieux défavorisés, les criminels et les délinquantes en milieu carcéral fédéral ainsi que les policiers. Ses champs d’intérêt sont la violence (ses origines et sa symbolisation) ainsi que l’impact de cette violence sur les intervenants de première ligne selon une approche systémique et psychodynamique.

Julie-Soleil Meeson

Julie-Soleil Meeson (M.Sc. Criminologie) a d’abord obtenu un baccalauréat par cumul de certificats (Toxicomanies, Criminologie et Santé mentale) de la FEP avant de compléter sa maîtrise en criminologie en 2005. Elle a travaillé en recherche sur les thèmes suivants : les jeunes, les drogues et la violence; la prostitution juvénile; le blanchiment d’argent; le sentiment d’insécurité et les pratiques prometteuses en lien avec la prévention de l’adhésion des jeunes aux bandes marginales et criminelles. Elle a travaillé 10 ans comme directrice au GRIP Montréal. Depuis 2015, elle dirige l'organisme communautaire Élixir à Sherbrooke qui a pour mission de réduire les conséquences négatives de l'usage de substances psychoactives chez les femmes estriennes. Elle se spécialise sur les nouvelles tendances de consommation, les substances psychoactives et la performance, les femmes et les comportements à risque liés à l'usage de substances, dans l'analyse de substances ainsi que dans la réduction des risques en milieu festif.

Audrey Mercier-Turgeon

Audrey Mercier-Turgeon (LL.B) est avocate, bachelière en droit de l'Université Laval et détentrice d'un diplôme en Techniques juridiques. Elle fait carrière à titre de Procureure aux poursuites criminelles et pénales et est chargée de cours au certificat en criminologie de la Faculté de l'éducation permanente. Ayant débuté sa carrière dans le Grand Nord Québécois elle pratique maintenant dans la région de la Montérégie Sud. Me Mercier-T. a une expérience diversifiée dans plusieurs domaines du droit criminel, pénal ainsi qu'au niveau du Tribunal de la jeunesse. Dans le cadre de sa profession de procureure, elle plaide régulièrement devant la Cour du Québec, Cour supérieure ainsi qu'à la Cour d'appel du Québec.

Line Morin

Line Morin (Bacc. Sciences Sociales) (M. Sc. Criminologie) a enseigné au Collège Ahuntsic pendant 20 ans. Elle possède une expérience en intervention auprès de délinquants et délinquantes adultes, en établissement de détention fédérale et en maison de transition.

Geneviève Parent

Geneviève Parent, Ph.D. Criminologie, est chercheure à l'Institut universitaire Jeunes en difficulté du CIUSSS-Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal (anciennement le Centre jeunesse de Montréal) et professeure associée à l'École de criminologie de l’Université de Montréal depuis 2013. Ses principaux centres d’intérêt et de recherche sont la formation de situations criminogènes, l’évaluation du risque de récidive, l'application du modèle Risque-Besoins-Réceptivité et la délinquance sexuelle. Ses travaux de recherche portent principalement sur les jeunes contrevenants avec une attention particulière aux filles.

Isabelle Parent

Isabelle Parent, Ph.D. criminologie, est passionnée par la victimologie. Sa thèse, intitulée Victimisation et cocaïne : une relation complexe, a obtenu le prix Fernand-Boulan en 2006. Son parcours allie la recherche, l’intervention et l’enseignement. Depuis 2013, Isabelle Parent enseigne les cours Victimologie et Profils vulnérables au Certificat en victimologie. Elle coordonne aussi différents projets victimologiques (violence sexuelle et violence conjugale) pour différents organismes (CALACS, Ressources spécialisées en violence conjugale (Mauricie/Centre-du-Québec et la Table de concertation du Mouvement des femmes du Centre-du-Québec). Pendant 15 ans, elle a travaillé pour le Ministère de la sécurité publique, notamment à titre d’inspectrice des services policiers et correctionnels du Québec ainsi qu’agente de probation.

Sévrine Petit

Sévrine Petit (Ph.D. Criminologie) s’intéresse à l’étude des groupes marginaux, la sociologie de la déviance, le crime organisé, les carrières criminelles et la recherche qualitative.

Catherine Pineau-Villeneuve

Catherine Pineau-Villeneuve (M.Sc. criminologie) est candidate au doctorat à l’École de criminologie de l’Université de Montréal. Elle est également étudiante affiliée au Centre de recherche et d’expertise Jeunes en difficulté du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal et auxiliaire de recherche à l'École de travail social de l'Université de Montréal. Ses intérêts de recherche sont divers mais gravitent invariablement autour des enfants et des adolescents à risque de délinquance. Dans le cadre de son mémoire de maîtrise, elle s’est intéressée aux facteurs de risque d’incidence LSJPA chez les enfants et les adolescents pris en charge par les services de protection de la jeunesse en raison de troubles de comportement.

Jean Proulx

Jean Proulx (Ph.D. Psychologie) est professeur titulaire à l’École de criminologie de l’Université de Montréal. Il s’intéresse tout particulièrement aux agresseurs sexuels, aux récidivistes et au processus de passage à l’acte criminel.

Nathalie Pépin

Nathalie Pépin (LL.B) est avocate de la défense à la Division des affaires criminelles et pénales de l’aide juridique de Montréal depuis 1993. La plaidoirie devant les différentes instances en droit criminel constitue l’essentiel de sa pratique. Elle représente principalement des gens défavorisés ayant de multiples problématiques (toxicomanie, dépendances, problèmes de santé mentale). Elle est en charge d’une activité clinique pour les étudiants en droit de l’Université de Sherbrooke et maître de stage au Barreau du Québec depuis plusieurs années. Elle est aussi conférencière auprès de différentes institutions. Elle siège également sur le conseil d’administration de l’Association des avocats de la défense de Montréal.

Michel Rivard

Michel Rivard (LL. B.) est membre du Tribunal administratif du Québec (TAQ) depuis le 1er juin 2015 . Auparavant, il a été procureur au contentieux du Centre jeunesse de Montréal et chargé de cours à l’Université d’Ottawa. Enseignant à la Faculté de l'éducation permanente depuis 1999, a obtenu, en 2012, le Prix d’excellence en enseignement de l’Université de Montréal – Catégorie Chargés de cours.

Marie-Pier Robitaille

Marie-Pier Robitaille (PhD criminologie) a d'abord fait un baccalauréat en criminologie, profil clinique, et travaillé auprès des jeunes en centre jeunesse. Elle a ensuite fait sa maîtrise et son doctorat à l'École de criminologie de l'Université de Montréal. Sa thèse portait sur les différences sexuelles liées au développement des comportements antisociaux de l'enfance à l'âge adulte. Elle se spécialise également dans l'explication de la déviance au féminin. Elle est actuellement stagiaire postdoctorale en psychiatrie et étudie les liens entre les troubles de la personnalité et la criminalité. 

Jocelyn Ross

Jocelyn Ross (M. Sc. Psychopédagogie, MBA, B. Sc. Criminologie) enseigne les techniques auxiliaires de la justice, principalement en Techniques policières au Cégep Garneau de Québec. Il a œuvré en réadaptation juvénile durant une trentaine d’années. Ses centres d’intérêt sont la communication en contexte d’interventions cliniques en relation d’aide et en situation de crise, l’intervention auprès de la clientèle juvénile, ainsi que l’enseignement et l’évaluation d’attitudes professionnelles.

Alain Trudeau

Alain Trudeau (M. Sc. Criminologie) est éducateur spécialisé de formation. Il a poursuivi sa formation à la FEP au certificat de criminologie et, après avoir obtenu un Baccalauréat ès sciences, il a complété une Maîtrise en criminologie. Il a œuvré en pédopsychiatrie et en réadaptation juvénile tout en occupant différents postes d’intervention et de gestion. Depuis 1998, il enseigne à temps complet au Collège Ahuntsic, au département des Techniques auxiliaires de la justice, notamment en techniques d’intervention en délinquance et en techniques policières. Il garde un lien avec la pratique en occupant occasionnellement le poste de Chef du service de la permanence au Centre jeunesse Laval.

Mathilde Turcotte

Mathilde Turcotte (Ph. D. Criminologie) est chercheure d'établissement à l'Institut universitaire du Centre jeunesse de Québec et chargée de cours à l’Université de Montréal. Elle s’intéresse particulièrement à la transition à la vie adulte des jeunes pris en charge par les services sociaux et de justice, aux conséquences de la prostitution, ainsi qu'au placement ou à la mise sous garde en unité fermée.


Nouvelles de la FEP

Nouveau partenariat entre l’Université de Montréal et les Forces armées canadiennes

Des formations seront prochainement offertes par l’Université de Montréal aux militaires des forces régulières et aux réservistes. Lire la suite

Dates importantes à la FEP

18 novembre

Date limite d’admission reportée pour tous les programmes, à l’exception du certificat en français langue seconde (1er novembre).

Des questions ?

C’est avec plaisir que nous vous répondrons du lundi au vendredi, de 9 h à 17 h.
514 343-6090
1 800 363-8876
infofep.umontreal.ca