Nouvelles

Au cœur de l’actualité de la FEP.

De la nécessité d’offrir des formations en santé intégrative


Le passage d’Olivier Bernard, le Pharmachien, à Tout le monde en parle a fait beaucoup parlé. Il a fortement remis en question les méthodes de traitements complémentaires. Pourtant, l’OMS affirme qu’une formation en médecine complémentaire est un atout pour notre société. Notre responsable des certificats en santé communautaire et de gestion des services de santé et des services sociaux, Chantal Levesque, revient sur la nécessité d’offrir des formations en santé intégrative.

Tout d’abord, qu’est-ce que la santé intégrative ? 

L’un des principes de la santé intégrative consiste à considérer, avec la participation active du patient, les meilleurs soins et services offerts par les systèmes de santé dits « occidentaux scientifiques », en combinaison avec les approches plus traditionnelles communément appelées  « approches complémentaires en santé- ACS » ou « approches de médecine complémentaire et alternative - CAM ».  

En quoi la santé intégrative serait-elle une solution à considérer ? 

Elle permettrait de prodiguer des soins plus adéquats aux patients tout en allégeant les dépenses de santé publique.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) indique d’ailleurs: « […] les patients dont le médecin généraliste a reçu une formation supplémentaire en médecine complémentaire et parallèle affichent des dépenses de santé et un taux de mortalité plus faible. Cette réduction des coûts est due à des hospitalisations et à des prescriptions de médicaments moins nombreuses ».  

Ces constats sont présentés dans la Stratégie de l’OMS pour la médecine traditionnelle pour 2014-2023 dont les trois grands axes sont : 

  1. Renforcer la base de connaissances pour une gestion active de la médecine traditionnelle/médecine complémentaire via des politiques nationales appropriées,
  2. renforcer l’assurance-qualité, la sécurité, l’usage approprié et l’efficacité de la médecine traditionnelle/ médecine complémentaire en réglementant les produits, pratiques et praticiens,
  3. promouvoir la couverture sanitaire universelle en intégrant de façon adéquate les services de médecine traditionnelle/ médecine complémentaire dans la prestation des services de santé et l’auto-prise en charge sanitaire.

Les usagers réclament aussi l’accès à la santé intégrative au Québec avec le RQASF, en Ontario avec le PRIME. Il s’agit pour ces personnes d’être véritablement partenaires de leurs soins.

Souvenons-nous qu’un jour au Québec, nous avons douté de la pratique des sages-femmes et qu’aujourd’hui cette pratique est reconnue efficace et efficiente.  

Offre-t-on des formations en santé intégrative ? 

Plusieurs universités de l’ouest du Canada et des États-Unis offrent des formations universitaires créditées et non-créditées en santé intégrative dont les approches complémentaires se retrouvent au cœur de cette vision contemporaine des soins et services de santé.  On pensera par exemple à la prestigieuse Université Harvard ou encore à l’Université de Toronto.

Nous ne sommes plus à une époque d’opposition des approches, mais plutôt à l’ère de la complémentarité. Grâce aux études scientifiques, il est désormais possible de les considérer pour le bénéfice des populations. D’ailleurs, c’est sur la base de données probantes et de meilleures pratiques que plusieurs provinces canadiennes ont modifié leurs lois médicales afin d’élargir l’offre de services qui tient compte des approches complémentaires en santé. Pensons par exemple à la loi modifiée en Ontario

Toujours chez nos voisins du sud, le Centre national de médecine alternative et complémentaire créée par le Département de santé et services sociaux américain a défini cinq catégories d’approches complémentaires en santé :  

  1. les systèmes médicaux parallèles : naturopathie, ostéopathie, médecine traditionnelle chinoise, médecine ayurvédique, etc.;
  2. les approches corps-esprit : méditation, yoga, TaiChi, art-thérapie, musicothérapie, clown-thérapeutique, etc.;
  3.  les traitements à fondement biologique : produits santé naturelle, alimentation anti-inflammatoire, etc.;
  4. les systèmes axés sur le corps et la manipulation : ostéopathie, chiropratique, massothérapie, etc.;
  5. les traitements énergétiques : Toucher Thérapeutique, QiGong, etc.  

D’après certaines études américaines, près du 1/3 de la population américaine utilise des approches complémentaires en santé.  Au Canada, selon une étude réalisée par l’Institut Fraser en 2007, c’est près du ¾ de la population canadienne qui utilise ce type d’approche. Au Québec, une étude réalisée en 2006 au sein de la population sherbrookoise a démontré que plus de 80 % des répondants de cette région utilisent ce type d’approche. Compte tenu de cette utilisation élevée au Québec et au Canada, il n’est pas étonnant que les professionnels et les intervenants de la santé et des services sociaux expriment un besoin de formation. 

Un sondage réalisé auprès d’étudiants de la FEP qui sont majoritairement des professionnels de santé en exercice. Il a permis de documenter non seulement le besoin de soutenir plus adéquatement les utilisateurs, mais aussi d’offrir une formation en santé intégrative. L’une des réponses sera la tenue d’un colloque sur la santé intégrative organisé par la Faculté conjointement avec l’AGEEFEP. Il aura lieu le 10 mai prochain.


Nouvelles de la FEP

Une collation des grades d’exception pour les 436 bacheliers de la FEP

Françoise David, l’Institut de coopération pour l’éducation des adultes et Sana Sabouni honorés lors de cette soirée. Lire la suite

Dates importantes à la FEP

13 juillet 2018

Date limite d’abandon d’un cours avec frais (session régulière), sauf si une autre date est inscrite à l’horaire.

Des questions ?

Du 10 juin au 18 août, c’est avec plaisir que nous vous répondrons du lundi au jeudi, de 9 h à 17 h.
514 343-6090
1 800 363-8876
infofep.umontreal.ca