Nouvelles

Au cœur de l’actualité de la FEP.

Le journalisme d’enquête


Le vendredi 23 février 2018, trois conférenciers issus du milieu de la presse ont fait état de leur vision du journalisme d’enquête et des ressources consacrées aux enquêtes au sein de leur média respectif : Katia Gagnon responsable de la cellule d’enquêtes au sein du journal La Presse+, Alain Saulnier, professeur-invité au DESS en journalisme et ex-directeur de l’information à Radio-Canada et Naël Shiab du magazine L’actualité, spécialisé entre autres en journalisme de données.

 L’enquête est l’avenir des médias.  À l’heure où chacun peut publier une information en temps réel et la diffuser au monde entier, à quoi servent les journalistes ? Au milieu de ce bruit ambiant, le journaliste d’enquête peut ajouter profondeur et analyse. Sa mission est de vérifier et contre-vérifier les faits.

Les journalistes ont une véritable mission citoyenne. C’est grâce au journalisme d’enquête que fut créée la commission Charbonneau. C’est également grâce au journalisme d’enquête sur le cas d’un viol d’une gymnaste par le médecin sportif Larry Nassar qu’on s’est aperçu qu’il avait violé plus de 250 personnes.

Les journalistes d’enquête peuvent compter sur une nouvelle réalité : l’utilisation des données de masses accessibles à tous pour faire des articles sans avoir à recourir à la loi à l’information. Naël Shiab a ainsi utilisé des données disponibles via  le localisateur du service de garde du ministère de la famille, il les a colligées et s’est aperçu que la moitié des CPE et garderies étaient inspectées une fois au 5 ans. Pour procéder ainsi Naël Shiab agit avec méthodologie : il a une hypothèse de départ et il la vérifie ensuite. Avec ces données colligées, des fois, ça ne donne pas d’histoires. D’autres fois, le résultat est extrêmement intéressant, comme par exemple lorsqu’il a réussi à démontrer que le Canada a approuvé des exportations de matériel militaire valant des centaines de millions de dollars dans des pays instables et pour des États meurtriers pour les 25 dernières années.

Les journalistes doivent procéder avec éthique professionnelle et penser à tout l’impact de leurs nouvelles. Katia Gagnon, révèle ainsi les dessous du lancement de l’affaire Éric Salvail. Elle n’en a pas dormi la nuit précédant la publication de l’affaire. Porter un faux-jugement et mettre au pilori pourrait avoir des conséquences dramatiques.

Le devoir du journaliste est donc d’informer après avoir vérifié ces faits. Attention, le journaliste n’est pas un justicier et ne se substitue en aucun cas à la police ! Faire de l’enquête est un métier bien différent. Si cela vous intéresse, nous avons justement un tout nouveau certificat en enquête et renseignements.


Nouvelles de la FEP

La 14e édition du Concours de bourses SAÉ est maintenant ouverte!

Lire la suite

Dates importantes à la FEP

8 octobre 2018

Action de Grâce : jour férié.

22 au 28 octobre 2018

Période d’activités libres.

Des questions ?

C’est avec plaisir que nous vous répondrons du lundi au vendredi, de 9 h à 17 h.
514 343-6090
1 800 363-8876
infofep.umontreal.ca