Portrait de Véronique Carbonneau

Véronique Carbonneau avait des ambitions professionnelles bien précises, la FEP lui a permis de les réaliser.

Véronique Carbonneau avait un projet spécifique en tête : aider au mieux les enfants de l’École Lucien-Guilbault pour laquelle elle était intervenante. Elle coordonnait les multiples activités de l’école. Alors qu’un projet de construction d’une nouvelle école s’en venait, Véronique s’est aperçue qu’éventuellement l’école aurait grand besoin de plus de ressources matérielles et financières afin de réaliser tous ses projets. Il n’y avait personne dans l’école pour s’occuper du volet philanthropique. Qu’à cela ne tienne ! Véronique a pris les choses en main et a regardé comment elle pouvait y contribuer. Diplômée en intervention psychoéducative, elle s’est aperçue que pour travailler efficacement à la recherche de subventions, elle devrait se doter de nouveaux outils. 

Après des recherches sur le Web, elle s’est aperçue que le certificat en gestion philanthropique répondait exactement à ses besoins. Dans ce certificat, elle a suivi des cours « qui parlaient autant de communication que de positionnement, de planification de projets pour faire des campagnes majeures. ».

Véronique avait un poste bien précis en tête. Pour pouvoir l’occuper, elle était persuadée qu’elle pourrait s’outiller encore plus efficacement pour apporter des solutions plus créatives, plus novatrices. Alors, elle a étudié les différents cours offerts dans notre Faculté et a choisi un par un les cours qui répondaient au mieux à ses ambitions professionnelles. Véronique s’est bâti un programme sur-mesure dans le certificat d'études individualisées, avec un profil en créativité et en innovation. Elle a ainsi suivi des cours non seulement en créativité et innovation, mais également en relations publiques et en communication. Elle a profité de la souplesse des cours offerts à la Faculté pour se bâtir un certificat à son image.

Véronique a également profité de la souplesse des horaires de la FEP pour concilier travail et études avec d’autres professionnels. Le jour, Véronique était éducatrice spécialisée à l’École Lucien-Guilbault. Le soir, elle suivait à la FEP des cours pratiques qui lui permettaient chaque jour de se rapprocher un peu plus de son but final. Véronique « n’était pas là pour pelleter des nuages » et a apprécié suivre des cours pratiques bien ancrés dans la réalité.  « Ce programme m’a permis de réfléchir sur les différents enjeux que je rencontrais le jour à l’école et de travailler le soir dessus concrètement en cours. »  Le jour, à l’école, elle n’avait personne à qui parler des différentes problématiques qu’elle rencontrait. Le soir, en cours, elle pouvait en discuter ouvertement avec ses collègues de travail et bénéficier de féconds échanges avec des professionnels du milieu. Elle a aussi pu profiter de l’accompagnement de la responsable de programme Caroline Bergeron « très présente avec ses étudiants ».

Son certificat en gestion philanthropique en poche, Véronique a proposé sa candidature pour un poste de directrice philanthropique au conseil d’administration de l’école et « ça a vraiment bien fonctionné puisqu’ils préféraient avoir quelqu’un qui connaissait bien le milieu et les jeunes ».  Voilà maintenant trois ans que Véronique occupe ce poste créé spécialement par elle et pour elle. « Le certificat a permis de me rendre là où je suis présentement, de créer un réseau et d’appliquer ce que j’ai vu en cours dans mon quotidien ».  Prochainement, Véronique sera diplômée d’un bac par cumul qu’elle a construit à son image pour répondre à ses objectifs professionnels.