19 Octobre 2021

Jacques Fortin, le mentor des gestionnaires de services de santé et de services sociaux

Les arcanes du système de la santé et des services sociaux n’ont presque plus de secret pour lui. Infirmier de formation, Jacques Fortin a dirigé de nombreux services dans des CLSC, CSSS, agences de la santé et des services sociaux et il enseigne depuis plusieurs années au certificat en gestion des services de santé et des services sociaux de la Faculté de l’éducation permanente (FEP). Portrait d’un chargé de cours empreint de gentillesse et d’humilité qui enseigne avec passion une vision à la fois bienveillante et performante des services sociaux et des services de santé.

Jacques Fortin est un enseignant passionné. Quelques minutes à lui parler et on sent tout de suite à quel point il aime communiquer et surtout, transmettre. Depuis le tout début de sa carrière, c’est sa volonté de prendre soin de ses équipes et de les faire aller plus loin qui le démarque. Une qualité qu’apprécient tout particulièrement ses étudiantes et étudiants du certificat en gestion des services de santé et des services sociaux qui soulignent l’importance que le chargé de cours accorde à la santé mentale, au lâcher-prise et à l’intelligence émotionnelle.

Cette vision bienveillante et équilibrée du poste de gestionnaire, il la partage dans les trois cours qu’il donne à la FEP : Droit et éthique en gestion, Gérer la qualité et la performance et La communication en santé. Cours après cours, il guide ses étudiantes et étudiants vers une meilleure compréhension du système complexe de la santé. « Il n’est pas rare qu’en arrivant au certificat, les élèves voient la santé et les services sociaux comme une infrastructure indéchiffrable. Je nous donne 45 heures pour arriver ensemble à penser autrement, à comprendre les codes et les règles du jeu de ce système… et même à avoir du plaisir à naviguer dans cette infrastructure. Sinon, il ne faut pas se lancer là-dedans. Cela ne vaut pas toutes ces heures de travail » explique avec un sourire Jacques Fortin. « J’aime aussi beaucoup accompagner les étudiantes et les étudiants vers plus de souplesse, plus de nuance, quand il s’agit d’accompagner les gestionnaires cliniques. Dans le cours Droit et éthique en gestion, je les aide à développer des processus solides, mais je les invite en même temps à déboulonner leurs certitudes, à être moins rigide sur leurs convictions personnelles pour laisser toute la place pour le patient ou la patiente. C’est absolument nécessaire pour travailler ensemble ». Il les encourage notamment à développer une ambition saine, sans que cela ne se fasse au détriment des gens, à faire preuve de discernement et à prendre leurs responsabilités.

Cet intérêt pour la transmission et la gestion se manifeste dès le début de sa carrière. Lorsqu’il obtient son diplôme d’infirmier en 1982, Jacques Fortin part travailler dans des communautés religieuses du Cameroun et du Lesotho. N’étant pas formé en maladies tropicales, il se rend vite compte que sa capacité d’aider les patients est limitée et qu’elle doit prendre une autre forme que celle de l’aspect technique des soins. « En arrivant, j’ai vu que j’aurais finalement peu à apporter en termes de soins, mais que je pouvais parler, rassurer, expliquer. Cet aspect de la profession m’a tout de suite plu... même plus que de prodiguer des soins » explique Jacques Fortin. C’est ainsi qu’il se découvre des qualités de communicateur et une passion pour la gestion.

À son retour au Québec, il décide donc de se remettre aux études pour obtenir un baccalauréat en sciences infirmières, avec l’intention de devenir gestionnaire, puis une maîtrise dans la même discipline à l’Université de Montréal. Un choix dont il sera heureux toute sa vie. « J’ai été infirmier pendant 38 ans dont 31 ans de gestion. J’ai adoré chaque minute de chaque journée de ces 31 années » précise-t-il. « Je ne me suis jamais tanné de la gestion ni des requêtes parfois irréconciliables du personnel. Cela ne m’a jamais impatienté. Ce qui m’intéresse tout particulièrement, c’est la transmission des informations et la maturation des équipes ». Une passion communicative qu’il transmet dans ses cours du certificat en gestion des services de santé et des services sociaux.

Comme tous les chargés de cours de la FEP, c’est un spécialiste de terrain. Ce qu’il enseigne, c’est ce qu’il l’a expérimenté tout au long de sa carrière. C’est ainsi qu’il donne beaucoup d’exemples, de vidéos et de mises en situation concrètes à ses étudiantes et étudiants qui, tout comme lui, sont des professionnels déjà en poste.

En tant que gestionnaire, il se voit confier, tout au long de sa carrière, des équipes à construire ou à structurer et progresse vite dans le système de santé québécois. D’infirmier, il passe à assistant infirmier-chef et infirmier-chef. Il intervient également dans plusieurs catégories d’établissements, ce qui l’aide à développer une excellente connaissance du système de santé québécois: le CHU McGill, où il participe à la conception des programmes, le CSLC Métro où il est responsable des soins infirmiers à domicile et dirige une centaine d’employées et employés, plusieurs CSSS, mais aussi l’Association des hôpitaux du Québec et l’hôpital Maisonneuve-Rosemont où il travaille aux maillages entre les établissements.

Son talent est vite repéré au-delà du Québec, puisqu’à partir des années 2000, il devient consultant pour le Grand-Duché du Luxembourg, où il se rend 6 semaines par an pendant une vingtaine d’années, pour former des gestionnaires en matière de qualité et de performance. Il leur enseigne notamment comment développer leur posture de gestion et leur vision pour le service. « Cette expérience de consultation a été l’une des plus belles de ma carrière. J’ai eu l’honneur d’épauler environ 500 gestionnaires et de les voir déployer leurs ailes et tout leur talent » confie-t-il avec émotion.

Parmi ses sujets de prédilection, la gestion de la performance, la communication et surtout la progression de ses équipes. C’est cela qui lui plaît le plus : voir ses employées devenir des infirmières cliniciennes particulièrement aguerries, fortes et déterminées dans leur rôle. « Quand mes employées me disent, à la suite de leur expérience avec moi, « si c’est ça la gestion, je pense que ça m’intéresse », et qu’elles décident de retourner aux études pour avoir leur baccalauréat ou leur maîtrise, c’est un grand bonheur pour moi » confie le chargé de cours, qui n’oublie pas pour autant ceux et celles qui l’ont inspiré.

« Je sais que j’ai bénéficié du mentorat de femmes qui ont été des modèles de droiture, de vision… des professionnelles toujours très équilibrées. Quand je suis face à une problématique, je me dis souvent « Marie-Lise aurait fait ça ou Michèle aurait dit ça. Leur empreinte est encore là. Je sais que l’empreinte d’un mentor peut être forte alors je m’efforce, en toute humilité, de donner le maximum à mon tour » partage-t-il.

Vu son succès en tant que chargé de cours, lui aussi laissera une empreinte auprès des nombreuses générations de gestionnaires de services de santé et des services sociaux formé.e.s à la FEP, c’est certain.

 

Pour en savoir plus sur le certificat en gestion des services de santé et des services sociaux.

Pour en savoir plus sur le microprogramme en gestion des services de santé et des services sociaux.