14 Octobre 2020

L’enquête et le renseignement, maintenant une discipline universitaire

Guillaume Louis. Photo : PENGUIN 2019.

Guillaume Louis consultant expert en contenu pour l’émission Sur les traces d’un tueur en série, et responsable du certificat en enquête et renseignement de la Faculté de l’éducation permanente (FEP) de l’Université de Montréal, nous parle de ce programme unique en son genre offert au campus de Laval.

Comment et pourquoi a été créé ce certificat ?

Comme tous les programmes de notre faculté, ce sont les besoins du milieu qui nous ont poussés à ouvrir ce programme. Ainsi une étude d’opportunités a été réalisée avec une vingtaine d’acteurs issus du milieu de la pratique pour faire ressortir les manques et les compétences attendues. Sachant que la majorité des enquêtes se font en dehors des milieux policiers, soit dans les institutions publiques, gouvernementales et les entreprises privées et qu’il n’existait pas de formation pour le personnel de ces organisations, il nous paraissait tout à fait pertinent d’offrir un programme universitaire dirigé vers la pratique afin de combler les besoins du milieu.

Quel type d'étudiants fréquente ce programme et comment expliquez-vous son succès ?

Comme pour la plupart des programmes de la FEP, la clientèle est assez hétérogène.  Nous avons deux types de clientèle, soit des étudiants relativement jeunes et sans expérience du milieu qui souhaitent s’engager dans le domaine et éventuellement compléter leur formation avec un de nos baccalauréats par cumul, dont ce certificat fait partie. Nous avons aussi une clientèle de professionnels du milieu qui ont acquis leur savoir par l’expérience du terrain uniquement. Pour ces derniers il s’agit davantage d’un perfectionnement qui leur permettra soit de mieux performer à leur poste ou d’en briguer un de meilleur. 

Quels sont les éléments distinctifs du programme et à quoi ressemble sa structure ?

C’est le seul programme existant de niveau universitaire dans le domaine, en dehors de la formation offerte par l’École nationale de police du Québec. Il intéresse donc beaucoup de candidats qui ne souhaitent pas nécessairement œuvrer dans un corps policier. Le programme de dix cours, offre un cheminement par palier et l’ordre des cours est imposé par une succession de préalables qui favorise l’acquisition logique du savoir. Ainsi le programme est conçu pour diriger l’étudiant vers la pratique par des exercices de simulation très réalistes, surtout lors des derniers cours. 

Les étudiants peuvent suivre le programme au campus de l’UdeM à Laval mais peuvent-ils le suivre également à distance ?

Étant les seuls à offrir ce programme, nous avons des demandes de partout au Québec. Nous sommes donc en train de développer une version à distance qui permettra aux candidats en dehors de la grande région de Montréal et de Laval, de pouvoir suivre cette formation qui sera structurée avec autant d’aspects pratiques et en lien avec la réalité de la profession.

Qu’est-ce que le marché du travail peut offrir au diplômé de ce programme ?

Le monde de l’enquête et du renseignement est très vaste et plusieurs organisations comme les villes, les ministères, les organismes publics et de grandes entreprises doivent se doter d’enquêteurs, inspecteurs, vérificateurs et analystes. Ce certificat est une plus-value pour le milieu de la pratique qui a contribué à sa mise sur pied. C’est donc un diplôme recherché par ces employeurs.

Comment ce certificat s’inscrit dans le Baccalauréat par cumul en études du phénomène criminel ?

Ce baccalauréat est l’un des trois baccalauréats par cumul (trois certificats) dans lesquels on retrouve le certificat enquête et renseignement. L’étudiant pourra aussi décider de poursuivre sa formation au baccalauréat en gestion et sécurité des systèmes d’information offert en collaboration avec HEC Montréal ou encore au baccalauréat en cybersécurité de Polytechnique Montréal. C’est donc un bon point de départ pour aller vers des études plus poussées dans le domaine qui donneront accès à des emplois forts intéressants.


Guillaume Louis possède une maitrise en droit et une maitrise en criminologie. L’enseignement est une passion qu’il exerce depuis maintenant près de 15 ans à l’UdeM. Il a aussi été formateur pendant 10 ans à l’École nationale de police du Québec.

En savoir plus sur le certificat en enquête et renseignement

Article publié dans le Courrier Laval, le 13 octobre 2020.