4 Août 2021

Retour aux études : 8 conseils pour une rentrée réussie

Il n’est pas toujours facile de mener de front vie professionnelle et vie personnelle ou familiale. Quand on ajoute à cela un retour aux études, c’est une véritable gageure ! Cette année, la rentrée est d’autant plus complexe que beaucoup d’entre nous doivent se réadapter au retour physique au bureau et à l’organisation que cela implique. Pour peu qu’on ait décidé d’entreprendre un retour aux études et c’est un défi… dans le défi.

Voici donc quelques trucs et astuces partagés par les conseillers à la réussite de la Faculté de l’éducation permanente (FEP) pour faciliter cette transition et réussir votre rentrée.

Tous ces conseils se retrouvent également dans un outil mis à la disposition des étudiants, CompétencesFEP, qui leur permet d’identifier les compétences essentielles pour mieux réussir leurs études.

1. Planifier et anticiper les périodes d’études

L’organisation est clé dans le milieu du travail… elle l’est aussi dans les études ! Planifier des sessions d’étude permettra de s’assurer que tous les sujets sont vus, mais aussi que le temps adéquat y est consacré. Les responsables pédagogiques de la FEP recommandent 6 heures d’études personnelles par session de cours de 3 heures. À raison d’un cours par semaine, cela fait déjà 9 heures à planifier dans son agenda… d’où la nécessité d’établir des horaires prédéfinis, réguliers et surtout entendus avec les personnes avec qui l’on vit pour ne pas être dérangé pendant cette période.

2. Bien évaluer la charge de travail

Selon Pierre Cantin, conseiller à la persévérance de la FEP, il est primordial de regarder le plan de cours de façon analytique pour avoir une idée juste de ce dans quoi on s’embarque en début de session. Cela permet d’avoir conscience de la charge de travail que cela représente par session ou idéalement, par semaine, et de mieux la planifier.

3. Diviser ses travaux d’études en petites tâches

Plus le travail est divisé en petites tâches planifiées qui respectent le rythme de l’étudiant, plus celui-ci a des chances de passer à l’action. « Je vais parfois jusqu’à conseiller aux étudiants d’écrire dans le détail les tâches qu’ils anticipent accomplir comme par exemple “ je vais lire de la page 12 à la page 32, mercredi soir à la bibliothèque entre 16 h et 19 h ” et de tester leur rythme (en identifiant combien de pages l’étudiant peut lire à l’heure par exemple) pour les aider à maîtriser leur progression tout au long de la session » partage Pierre Cantin.

4. S’autoriser des pauses

Les pauses aussi se planifient ! Pour la simple et bonne raison que sans cela, elles passent souvent à la trappe. Prévoir des pauses permet non seulement de s’assurer qu’on les prend, mais aussi de privilégier les moments de qualité durant ces pauses, et ce, même si l’on n’est pas fatigué.

5. Demander de l’aide

On l’oublie souvent quand on est dans le rush, mais d’autres étudiants sont passés par là. Il est possible de bénéficier de leurs conseils précieux grâce au programme de tutorat de la FEP qui permet de se soutenir entre pairs. Les étudiants peuvent également se faire accompagner par un conseiller à la réussite (pour s’assurer de l’atteinte de ses objectifs de formation) ou par un conseiller à la persévérance (pour mieux gérer les contraintes personnelles, familiales et professionnelles et garder sa motivation tout au long de la session).

6. Choisir un nombre de cours réaliste

« Rien ne sert de courir, il faut partir à point » disait la fable de La Fontaine. C’est pareil à l’université : mieux vaut s’inscrire à un nombre de cours que l’on pourra réellement suivre et réussir que d’essayer de tout boucler le plus vite possible car à trop vouloir terminer vite, on ralentit du fait de sa surcharge. « En général, je propose une stratégie d’inscription graduelle. Je leur conseille une inscription à 1 ou 2 cours maximum afin de prendre le temps de bien naviguer entre les exigences institutionnelles et les attentes académiques », souligne Carine Nassif-Gouin, responsable du programme Accès-FEP, qui permet à ses étudiants de répondre aux conditions d’admission des programmes universitaires à la FEP.

Certes, tous les parcours sont différents et en fonction de son agenda professionnel et personnel (moments en famille, dossiers à rendre, heures supplémentaires, temps de transport, activités sportives…), l’étudiant pourra identifier le nombre de cours adéquat avec son responsable de programme.

7. Clarifier ses objectifs

Clarifier et écrire en début de session ses objectifs permet de ne pas les perdre de vue en cours de route. « Je conseille toujours aux étudiants de clarifier leurs objectifs, surtout lorsque ceux-ci ne travaillent pas dans le même domaine que leurs études. Quand on applique ses acquis tous les jours au travail, l’objectif reste clair. Mais, quand il s’agit d’une réorientation de carrière, on peut parfois oublier son objectif premier quand surviennent des obstacles. » souligne Pierre Cantin.

8. Apprendre à gérer son stress

Tout retour aux études comporte son lot de stress, surtout quand il faut gérer en parallèle sa carrière et sa vie familiale. Celui-ci peut, lorsqu’il est bien vécu, être source de motivation, mais il est souvent un frein dans ses accomplissements. C’est pourquoi le Service aux Étudiants (SAÉ) de l’Université de Montréal propose toute une panoplie d’outils de gestion du stress pour bien démarrer sa rentrée et pour continuer sereinement jusqu’au diplôme.

Bonne rentrée à toutes et à tous !