21 Février 2020

CAP sur les BAC par cumul en gestion

1,4 million de postes seront laissés vacants d’ici 2026. La raison ? Le départ massif à la retraite d’une génération, les baby-boomers. Cette statistique frappe l’imaginaire autant qu’un tsunami, surtout pour une population de plus de 8 millions habitants.

Si plusieurs entreprises tremblent à l’idée d’empiler les chaises vides, d’autres se réjouissent à l’idée d’insuffler un vent de fraîcheur à leur organisation. Cette relève qui est aujourd’hui sur les bancs d’école, déjà en emploi ou prête à intégrer le marché du travail québécois, a un pouvoir inestimable : celui de choisir.

Mais pour surfer sur cette vague d’employabilité, il faut avoir plus qu’une planche et un wetsuit; il faut avoir les bonnes compétences et une polyvalence.

Avant d’être capitaine – Les outils

Bien évidemment, avant de penser piloter le navire, il faut avoir une solide base académique. L’effervescence qui touche le marché du travail a, entre autres, poussé l’Université de Montréal et HEC Montréal à créer dix baccalauréats par cumul en gestion. Un partenariat qui permet d’allier les forces des deux institutions : la gestion pour HEC et les disciplines complémentaires pour l’UdeM. Une belle façon d’entrer dans une nouvelle ère d’universités interdisciplinaires et ouvertes.

Pourquoi un BAC par cumul ? Parce que la gestion touche d’innombrables domaines et enjeux. Concrètement, ces baccalauréats permettent de faire une combinaison de trois certificats ou de mineures qui, en plus d’être complémentaires, répondent aux intérêts de l’étudiant et aux besoins du marché. C’est la formule idéale pour créer un BAC à son image, puisqu’elle est flexible et pluridisciplinaire.

L’histoire ne se termine pas ici. La Faculté de l’éducation permanente (FEP), comme plusieurs autres facultés de l’UdeM, a participé activement à la création de ces baccalauréats. Forte de son expertise des 65 dernières années, la FEP offre 31 certificats qui permettent d’allier théorie et pratique.

Ces nouveaux programmes couvrent des disciplines chères au monde de la gestion telles que le marketing; la finance; l’analyse d’affaires; la créativité, l’innovation et l’entrepreneuriat; la direction et le leadership; la gestion de projets; les opérations et la logistique; la sécurité des systèmes d’information, la planification financière personnelle et la gestion internationale. L’intérêt ? Avoir une solide expertise en gestion et une bonne connaissance des domaines où cette expertise est recherchée. Une belle façon de voir sa candidature remarquée dans une pile de CV.

Lancer sa bouteille à la mer ou la demande d’admission

Choisir de retourner aux études, de réorienter sa carrière ou de se perfectionner n’est pas une décision simple. Chaque situation est unique. Une chose est certaine, la FEP maximise les chances de réussite de ses étudiants. Il est possible d’étudier à temps plein ou temps partiel, à distance ou dans l’un des trois campus (Laval, Montréal et Longueuil). La FEP propose également un programme tremplin, ACCÈS-FEP, pour les étudiants qui auraient une formation scolaire insuffisante. La FEP peut même reconnaître l’expérience professionnelle afin d’accélérer un parcours académique. Dans la majorité des programmes, l’admission est ouverte l’été, l’automne et l’hiver. Il est donc possible d’envoyer une demande d’admission 365 jours par année. 

Tous les cris, les S.O.S.

Une équipe de conseillers pédagogiques, de techniciens en gestion des dossiers étudiants et de responsables de programmes accompagne les étudiants. De plus, le personnel du service d’accueil répond aux questions, en semaine, de 9 h à 17 h.

Alors, lorsque l’occasion se présentera, serez-vous prêt à prendre le gouvernail ?